MÉDECINE ANTI AGE ET NUTRITION

Médecine anti-âge et nutrition - Dr Magnier à CharentonNous vivons aujourd’hui bien plus longtemps grâce aux progrès de la médecine, cependant les maladies chroniques apparaissent et même si nous vivons plus vieux, ce n’est pas toujours en bonne santé.

La médecine anti âge nous permet d’agir pour vivre plus longtemps en bonne santé physique et morale, même si le vieillissement est inévitable : celui-ci doit être préparé pour vieillir en bonne santé.

Nous agissons à deux niveaux : le niveau interne pour maintenir l’activité des différents organes, et au niveau externe des signes extérieurs de vieillissement par les techniques esthétiques

Tout ceci doit se faire dès la quarantaine afin d’évaluer les différents facteurs de risques de vieillissement prématuré et agite pour préserver son capital santé : nous sommes responsables de notre santé et de notre vieillissement e, nous devons en être les acteurs.

Apports de la médecine anti-âge :

  • Maintenir les fonctions intellectuelles, mémoire, concentration…
  • Maintenir un sommeil de qualité
  • Stimuler le système immunitaire
  • Maintenir la masse musculaire
  • Maintenir une sexualité épanouie
  • Agir sur les signes extérieurs de vieillissement par les différents soins esthétiques

COMPRENDRE LE VIEILLISSEMENT

Processus naturel qui modifie la structure et la fonction des différents organes : diminution des capacités fonctionnelles de l’organisme. Les cellules ayant une capacité limitée à se diviser, elles arrivent au bout de leur capacité de réplication et finissent par courir sans être remplacées, avec pour conséquence une perte de capacité de fonctionnement des différents organes et en particulier face à l’adaptation aux situations d ‘agression.

C’est un phénomène multifactoriel parmi les lesquels sont maintenant bien connus :

Le rôle des radicaux libres et du stress oxydatif

L’inflammation chronique

La glycation des protéines

Tous les facteurs environnementaux augmentant le stress oxydant, l’inflammation ou la glycation participent à l’accélération du vieillissement : le stress, le tabac, la pollution, la sédentarité, le soleil, les déséquilibres alimentaires.

Le vieillissement intrinsèque : nous ne sommes pas tous égaux face au b-vieillissement, chacun possédant sa propre carte génétique. Nous naissons avec cette carte génétique et nous savons maintenant qu’elle peut être modifiée par certains facteurs environnementaux puisque tous les gènes ne s’exprimant pas forcément : l’épigénétique est la science qui étudie l’impact de l’environnement sur l’expression des gènes.

EFFETS DU VIEILLISSEMENT

Chacun des organes subit une altération progressive de ses fonctions

  • Le système endocrinien : toutes les sécrétions hormonales sont touchées, que ce soit la thyroïde, les surrénales, les hormones sexuelles, ce qui est responsable de toute une série de troubles tels que la prise de poids, les troubles du sommeil, les troubles de l’humeur, la baisse des performances sexuelles, une mauvaise adaptation au stress. Tous les axes endocriniens sont étudiés grâce à des bilans biologiques.
  • Baisse du métabolisme avec une prise de poids et une réduction de la masse musculaire au profit de la masse graisseux, en particulier abdominale : moindre tolérance aux sucres avec une résistance à l’insuline
  • Le Système nerveux central, avec une baisse du nombre de neurones et des troubles de la circulation cérébrale : troubles de mémoires, maladies dégénératives de type parkinson ou Alzheimer, troubles du sommeil
  • Activité cardiaque : le muscle cardiaque moins bien irrigué et les artères plus rigides, les différents tissus sont moins oxygénés provoquant une baisse des capacités physiques et intellectuelles mais aussi des AVC
  • Capacité respiratoire diminué car perte d’amplitude des mouvantes de la cage thoracique, provoquant une mauvaise oxygénation, un essoufflement
  • Reins : mauvaise élimination des déchets et accumulation des toxines
  • Digestion : moins bonne assimilation des nutriments essentiels.
  • L’os : diminution du renouvellent osseux responsable de l’ostéoporose
  • Les organes sexuels : L’arrêt de sécrétion des œstrogènes et de la progestérone chez la femme avec arrêt des règles, involution des seins et de l’utérus, la diminution de la progestérone chez l’homme avec hypertrophie de la prostate. Le retentissement du point de vue de la sexualité est variable selon les individus n fonction du contexte psy, culturel, social et bien sûr hormonal.
  • La peau : altération du tissu élastique, épaississement fibreux du derme, diminution des mélanocytes sont avec la perte d’hydratation des phénomènes du vieillissement extrinsèque mais sont bien sur directement influencés par l’exposition au soleil. L’activité des glandes sudoripares diminue contribuant à la sécheresse cutanée. Enfin, les cheveux et ongles ralentissent la croissance et la diminution des mélanocytes contribue au grisonnement des cheveux

FACTEURS AGGRAVANTS

  • L’alimentation trop riche en graisses saturées et en sucres raffinés est responsable de l’obésité, des maladies cardio-vasculaires, articulaires, augmente le stress oxydant et la glycation des protéines.
  • Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, sont responsables de syndrome métabolique et du diabète, surtout en cas d’obésité androïde. L’obésité gynoïde est surtout impliquée dans l’inflammation générale et les dépôts de plaque d’athérome. Et bien sûr, des complications rhumatologiques sont rencontrées.
  • Le tabac a un impact délétère sur le cœur, poumons mais également sur le cholestérol dont il diminue la bonne fraction, accélère l’accumulation et le dépôt du mauvais dans les artères.
  • L’alcool en consommation excessive favorise le surpoids et le stress oxydant
  • La sédentarité diminue le métabolisme de base, la masse musculaire, les os et retentissement sur le poids
  • Le soleil
  • L’exposition aux métaux lourds, la pollution, les pesticides, les insecticides favorisent le stress oxydant

LES EXPORATIONS

Un panel de bilans permet d’avoir une vision sur l’état physique et psychologique pour évaluer l’incidence des différentes perturbations qui peuvent accélérer le vieillissement, ce qui nous permet de mettre en place des actions à différents niveaux aussi bien en prévention qu’en traitement. Ainsi, nous pouvons également de suivre, par leur répétition l’efficacité de notre prise en charge.

Nous avons recours pour cela aux :