LES
INJECTIONS

TECHNIQUES INJECTABLES

 

Les injections d'acide hyaluronique - Dr Magnier à Charenton et Paris 12Le recours aux injections est largement répandu aujourd’hui pour la prise en charge du rajeunissement, mais également pour  la correction des imperfections.

Les injections permettent de restaurer les volumes, de restructurer le visage, de combler les rides et les sillons, pour redonner un aspect harmonieux, dans le respect de la dynamique faciale du patient et de l’aspect naturel.

 

Tous les produits de comblements (fillers) utilisés aujourd’hui, acide hyaluronique ou inducteurs tissulaires, sont totalement résorbables et biocompatibles. Leur utilisation est tout à fait sécurisée par un marquage CE médical, et également par une approbation par la Fund Drog Administation (FDA) des USA pour certaines d’entre eux. De plus, ils sont également utilisés dans d’autres domaines médicaux que l’esthétique (injections intra articulaires en rhumatologie, fils de suture chirurgicaux…) depuis de nombreuses années sans que la sécurité d’utilisation n’en soit mise en doute.

. L’acide hyaluronique : présent naturellement dans l’organisme et en particulier dans le derme, sa quantité diminue au fil des années. Utilisé depuis une vingtaine d’années sous forme d’un gel transparent et incolore, il restaure l’hydratation perdue du fait du vieillissement et sous l’influence des facteurs extrinsèques tels que le soleil, le tabac, le stress…..Selon les indications, il est utilisé sous forme libre (mésolift pour la réhydratation ), ou réticulée ( traitement des volumes, des rides).

. Les inducteurs tissulaires : leur action consiste à stimuler les fibroblastes, cellules du derme qui fabriquent le collagène, les fibres d’élastine, de réticuline  et dont l’activité comme le nombre diminuent avec l’âge. Les molécules utilisées sont l’acide polylactique, les cristaux d’hydroxyapatite, ou encore la polycaprolactone. Leur utilisation permet donc la formation d’un nouveau tissu conjonctif, un épaississement du derme, une amélioration de l’élasticité cutanée. Ils se présentent comme un gel blanc, opaque qui contient les microsphères de produit.

INDICATIONS

Les fillers, acide hyaluronique ou inducteurs tissulaires peuvent être injectés au niveau des rides profondes  (sillons nasogéniens, plis d’amertume…), des pommettes, des tempes, de la vallée des larmes, de l’ovale du visage, du menton.

L’utilisation des deux produits est complémentaire du fait de leur mécanisme d’action différent, il est donc possible de les associer dans un plan de traitement global  sur plusieurs séances

Seules les lèvres, les cernes et les rides superficielles (pattes d’oies, rides jugales ou péri buccales) ne peuvent être injectées qu’avec de l’acide hyaluronique.

L’acide hyaluronique comme les inducteurs tissulaires peuvent être utilisés également pour réaliser une rhinoplastie médicale, qui consiste à remodeler le nez lorsque celui-ci présente des petites imperfections telles que des bosses ou une pointe tombante

L’acide hyaluronique non réticulé est utilisé, seul ou en association à des polyvitamines, pour la réhydratation globale du visage selon la technique de mésolift.

Le cou, les mains et le décolleté peuvent également bénéficier de ces traitements.

CONTRE INDICATIONS

Les contre-indications sont la grossesse, les cancers évolutifs, les infections locales évolutives, les maladies de la coagulation, les maladies auto immunes, l’existence de cicatrices chéloïdes pour les inducteurs tissulaires.

DÉROULEMENT DU TRAITEMENT

Quelques soient les produits utilisés, ils sont injectés avec ou sans anesthésie locale, de sorte que le traitement soit peu douloureux, avec des aiguilles ou des canules à bord mousse, soit en injection de « bolus », soit de manière rétrotraçante. La majorité des injectables contiennent à ce jour de la lidocaïne associée, anesthésique qui rend le traitement plus confortable, et indolore.

Après une désinfection soigneuse du visage , les injections se font à différentes profondeurs  en fonction  de l’effet recherché : les acides hyaluroniques très réticulés ou les inducteurs tissulaires sont injectés dans les plans les plus profonds, parfois même au contact osseux, que ce soit pour restaurer une hydratation en profondeur pour restaurer un volume ou pour aller stimuler les couches profondes de fibroblastes.

Des injections plus superficielles dans le derme moyen ou même superficiel sont pratiquées avec des acides hyaluroniques moins réticulés, pour traiter les rides,  les sillons peu marqués, voir même les cassures épidermiques.

Nous citerons également la technique du « lift médical » qui consiste à injecter de manière rétrotraçante de petites quantités d’un inducteur tissulaire dans le derme superficiel  en suivant les lignes de tractions allant du bas vers le haut du visage pour  réaliser un véritable effet liftant.

A la fin du traitement, il peut exister quelques rougeurs et les points de piqures sont discrètement visibles, de sorte qu’un simple maquillage soit suffisant pour les  cacher, et qu’une reprise des activités professionnelles puisse s’envisager le jour même dans bon nombre de cas.

Cependant, la survenue d’un hématome n’est jamais à exclure même si bien plus rare grâce à l’utilisation des canules.

RÉSULTATS

Le comblement par un acide hyaluronique volumateur très réticulé donne un résultat immédiat. Par contre, le traitement par un acide hyaluronique moins réticulé (au niveau des lèvres par exemple, ou des rides superficielles) a une efficacité croissante sur 2 à 3 semaines, voire même un mois, ce qui explique qu’un tel traitement puisse se faire sur deux séances espacées d’un mois, afin d’éviter les sur corrections très disgracieuses. Ces résultats restent visibles environ un an, en fonction de l’exposition aux différents stress (soleil, tabac, mauvaise hygiène de vie, maladie) et de l’activité des hyaluronidases, enzymes de dégradation présentes naturellement dans l’organisme.

En ce qui concerne les inducteurs tissulaires, après un premier aspect d’amélioration du au volume du produit, l’effet de l’induction n’est visible que vers le premier mois et se poursuit sur 2 à 3 mois, pour un résultat qui peut perdurer jusqu’à deux ans pour la polycaprolactone . Cette dernière se dégradera par hydrolyse en eau et gaz carbonique

EFFETS SECONDAIRES

Les suites sont simples, en général.

Cependant, des réactions liées à l’injection peuvent se manifester telles que des ecchymoses au point de piqure, des rougeurs, des douleurs, ou un œdème : en principe discrètes, elles sont toujours régressives.

La complication classique connue, à savoir la survenue du granulome, est aujourd’hui exceptionnelle, grâce aux progrès des processus de réticulation de ces dernières années, et est évitée également par le respect de la contre – indication des injections lors de l’existence de maladie auto immune.

INJECTIONS DANS LE PROTOCOLE DE RAJEUNISSEMENT

Utilisées seules ou en association avec d’autres techniques dans un protocole de rajeunissement global (Peelings, fils tenseurs, remodelage par radiofréquence…), elles permettent de traiter également le cou, le décolleté, les mains, ou la silhouette.

EN VIDEO

Votre avis compte : qu’avez vous pensé de cet article ?

Cette page vous a plu ?
Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

33 votes
Moyennes : 4,55 sur 5
Loading...